0 items / 0.00

Graffiti Art Magazine #22

7.90

Image of Graffiti Art Magazine #22
  • Image of Graffiti Art Magazine #22
  • Image of Graffiti Art Magazine #22
  • Image of Graffiti Art Magazine #22
  • Image of Graffiti Art Magazine #22

Juillet / août / septembre 2014
132 pages - Français/English

Avec ce numéro, nous avons souhaité vous faire rêver et vous faire voyager, mais attention, ce n’est pas parce que c’est l’été qu’on doit se décérébrer. Après l’actualité du premier semestre, de nombreuses questions encore non posées vis-vis du mouvement de l’art contemporain urbain se doivent de l’être. Voici notre FAQ !
Pourquoi demande-t-on systématiquement à un artiste urbain de faire une performance live dès que le moindre événement est programmé ? La dimension spectaculaire de la prestation tombe vite dans la pantomime, prétexte au règne de la communication. Au même titre qu’un singe savant, l’artiste va le sourire aux lèvres faire preuve de son talent sans émettre le moindre discours sur son travail. Ensuite, comment expliquer le fait que les artistes soient le plus souvent conviés à peindre des murs sur les cimaises muséales au lieu de les investir comme n’importe quel artiste ? C’est passer à côté de la fameuse problématique du passage de la rue à l’exposition, pour tomber dans le cliché, à l’instar des galeries pensant que des murs en béton ou un accrochage brouillon vont rendre hommage à «l’esprit de la rue». Enfin, pourquoi les catalogues des ventes aux enchères caritatives sont majoritairement composés d’œuvres de street artists ? Parce qu’ils font déjà preuve de générosité en offrant gratuitement leurs œuvres dans l’espace public ? Dernière et ultime question : est-ce qu’il serait trop demander de réclamer un peu de respect, s’il vous plait ?

Dossier : Urban Summer
Artistes : Dave Kinsey, Franco Fasoli, Haroshi, Moneyless, Honet